AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Sayoko • I can surely say that I've 'had enough' // MORT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

Invité

MessageSujet: Sayoko • I can surely say that I've 'had enough' // MORT Dim 3 Nov - 16:49

Sayoko Eru Akiakane



Nom :: Akiakane
Prénom :: Sayoko, Eru
Age :: 16 ans
Orientation :: Bi'
Nationalité :: Japonaise
Clan :: East
Singularité :: Elle est toujours accompagné de son carnet à croquis et de son iPad. Et iPod. Et ordi quand elle veut.
Participe à la Battle? :: Non.
Pseudo :: Yukari, Amiko. ... Ronflex, par certains. ( Oui, je dors 13h par jour quand je peux, problem ? )
Prénom :: Alix
Age :: 15 ans. o/
Comment as-tu connu le forum ? :: J'suis arrivé par téléportation, whaddaya think ? (=w=)b
Un commentaire ? :: J'AIME. CE. THEME. JE. VOUS. AIME. Voilà.
Code :: Tutafeh. ♥  - Miyu.

'Black', 'White', 'Day', 'Night', It's all the same ...



Physique et caractère

Sayoko, c’est une machine à croquis ambulante. Du haut de son petit mètre 64, elle dessine tout ce que ses grands yeux noisette et remplis d’une certaine tristesse perçoivent d’intéressants. Sa silhouette fantomatique se déplaçant de manière invisible et légère, ses longs, lisses et fins cheveux châtains volant au gré du vent, elle apparaît et disparaît aux yeux des gens. Ses longues et fines jambes lui donnant une démarche légère, sans aucuns bruits, et sa voix douce, semblable à un murmure emplit la pièce. Elle a l’air tellement fragile, semblable à une poupée de porcelaine qu’il ne faudrait surtout pas casser, ne pas abîmer. L’expression de son visage est toujours la même. Ce grand regard qui vous fixe de manière légèrement mélancolique, et vous adresse un très léger sourire avant de se détourner. Car Sayoko a du mal a faire la différence entre le bien et le mal, désormais. Etant plutôt discrète et réservée, elle fait passer toutes ses émotions à travers son crayon et son carnet auquel elle tient tant. Elle préfère écrire ou dessiner plutôt que parler, il n’est donc pas étonnant de la voir muette dans la plupart des conversations dans laquelle elle est engagée. Non, elle ne parle pas souvent volontairement à quelqu’un, mais plutôt quand elle en est contrainte. Elle n’aime pas tellement parler, et n’en voit surtout pas l’utilité quand on peut se comprendre sans ouvrir la bouche. Mais il y a bien un moment où sa langue se délie un peu. C’est quand la personne en face d’elle ressemble à une amie qu’elle a connu. Son sourire se fait également assez rare. Son vrai sourire, pardon. Elle ne l’a plus montré depuis un certain temps déjà, mais ça n’a pas l’air de vraiment lui manquer, à vue d’œil. Et comme je l’ai dit au tout début, c’est une machine à croquis ambulante. Toujours son crayon à la main et ses yeux à l’affût d’une choses intéressante à dessiner, son cahier est principalement – ou même complètement rempli de portraits de son amie disparue. C’est son modèle favori, la chose qu’elle dessine sans cesse dans n’importe quelle situation comme si ça la rassurait, se sentait près d’elle. Mais malgré ses airs rêveurs, doux et mélancoliques, c’est … Une crack de l’informatique. Ses écouteurs dissimulés dans ses longs cheveux, ils se distinguent à peine, et sa chambre a beau être empli de croquis, elle a trois écrans bien visibles disposés sur son bureau. Sayoko, elle est nulle dans la plupart des matières, sauf en arts et en maths, ce qui explique son intérêt pour l’informatique. Elle aime craquer des codes. Elle aime pirater les fichiers. Mais elle garde tout ça pour elle, trouvant tout à fait inutile que tout le monde le sache. C’est son monde à elle, et elle s’y sent comme un poisson dans l’eau, et aime y passer des heures et des heures. Avouez, avec une bouille pareille et un caractère aussi détaché, vous ne vous attendiez pas à ça, si ? Bande de tricheurs. ~



Histoire



Sayoko, le tournant de sa vie a été quand elle avait 13 ans. Avant ça, son enfance avait tout pour être enviée. Des parents aimants, une maison où habiter même si elle restait très modeste, et un grand frère qui prenait soin d’elle. Oui, elle avait tout pour être heureuse. Ses deux premières années de collège s’étaient plutôt bien passées. L’une plus que l’autre. Malgré les apparences, Sayoko a toujours été seule. Pas un ami, ni une connaissance. Ses camarades étaient de parfaits inconnus dont elle ne connaissait que les noms. Mais un beau jour, alors qu’elle finissait tranquillement un dessin, une jeune fille vint lui adresser la parole. Son sourire resplendissait alors que ses longs cheveux blonds encadraient son visage. C’est ce dont Sayoko a le souvenir. Par une simple demande, elles se sont rapprochées. Par la suite, elles étaient toujours toutes les deux. Au début, Sayoko avait du mal à la cerner. Elle était sans arrêt en train de sourire, toujours à voir le bon côté des choses et à encourager les gens. Elle était son contraire. Son parfait opposé, mais tout le monde disait que c’était sûrement pour ça qu’elles s’entendaient si bien. Puis vint sa première année de lycée. Par chance, elles tombèrent une nouvelle fois ensemble. Mais quelque chose avait changé. Quelque chose que Sayoko remarqua instantanément. Le sourire d’Hiromu avait quelque chose en moins. Quelque chose qui avait disparu. Mais plus le temps passait, moins elle trouvait quoi. Mais la blonde parlait de plus en plus de sa soeur hospitalisé à cause de l'explosion, et d'une certaine "Battle" dont elle lui avait parlé. La jeune fille décida de ne pas s’en préoccuper, que ce n’était qu’une impression, car Hiromu avait toujours l’air joyeuse, à profiter de la vie car d’après elle, on en a qu’une, et elle vaut la peine d’être vécu. Alors il vaut mieux en être heureux. C’est plus facile d’être heureux. C’est ce qu’elle disait sans cesse, et Sayoko se força à croire que tout allait bien. Grosse erreur. Un jour neigeux de décembre, Hiromu n’était pas là. D’après ce que les élèves disaient, elle était gravement malade. Mais des rumeurs bien plus sordides circulaient, sauf que l’adolescente décida de ne pas faire attention. Deuxième erreur. Après une semaine, le professeur titulaire annonça tristement la nouvelle. Un suicide. Elle était partie. Définitivement. Ses yeux rieurs, son sourire, tout. Tout avait disparu d’un seul coup. La lumière qui la guidait venait de s’éteindre subitement. Sayoko resta de marbre à cette annonce, mais une lueur disparut dans ses yeux, et ses larmes commencèrent alors à couler. Plusieurs élèves vinrent la voir en lui disant que ça irait, mais elle ne voulait rien entendre. La seule personne qui avait vraiment cru en elle venait de disparaître. Quelques jours après, elle assista à son enterrement et vint sans cesse se recueillir sur la tombe de celle qui avait été sa meilleure amie. Peut-être même la personne qu’elle aimait. Mais il y avait bien une chose qu’elle ne comprenait pas, et qu’elle répétait sans cesse.

« Pourquoi … Pourquoi es-tu parti aussi vite ? N’est-ce pas toi, qui disais que la vie était trop importante pour ne pas être vécu joyeusement et longtemps … ? Tu disais sans arrêt qu’il fallait parfois souffrir, mais toujours sourire … Vivre le plus longtemps possible … Alors pourquoi as-tu pris ta vie ? »

Et elle répétait sans cesse la même chose, comme si un jour, la blonde viendrai lui expliquer le pourquoi du comment. Comme si elle allait enfin avoir une explication logique, sans mille rumeurs. Une explication qui justifierait pourquoi elle est partit sans rien dire. Qui permettrait enfin à son amie de tourner la page. Mais rien. Pourquoi espérer quelque chose d’une personne disparue ? Ca semble si cruel, dis comme ça. Mais c’était ce que Sayoko pensait. Elle ne peut plus espérer.

Au fil du temps, Sayoko s’assombrit un peu plus, finissant complètement invisible, même aux yeux de ses professeurs qui la notait absente alors qu’elle était bien présente. Ses parents n’arrivaient pas à la sortir de son mutisme car elle ne voulait rien dire. Son frère faisait également de son mieux pour rester auprès d’elle lors de ses chagrins. Malheureusement, elle rejeta le monde extérieur, restant enfermé dans sa chambre pendant quelques mois, refusant catégoriquement de sortir. Elle passait de plus en plus de temps devant son ordinateur, jusqu’à en devenir une certaine passion. Les seuls moments où elle voyait l’extérieur, c’était un crayon à la main, derrière sa fenêtre, à observer les aller et venu des passants en dessinant ceux qu’elle trouvait un peu originale. Mais plus elle se servait de son ordinateur, plus elle devint performante. En additionnant ses seules capacités en maths, elle piratait des systèmes illégaux. C’est là qu’elle découvrit certaines informations sur Infinite World. La chose l’intriguait, et soudain, l’envie de sortir et découvrir ce qui se trame la prit. Cette envie qu’elle n’avait pas eu depuis ‘sa’ disparition. Elle eut du mal à établir le contact avec ses parents, mais quand elle fut apte à leur parler, leur réponse fut catégorique. Non. D’une part, l’archipel était trop loin, et ils n’avaient que trop peu d’informations si ce n’est que c’était un pensionnat relativement … Normal. Mais Sayoko essayait de les convaincre, sans énoncer les faits louches sur l’ancien directeur, car c’est ce qui la motivait vraiment. Son frère prit alors son parti. N’ayant pas vu une telle fougue venant de sa jeune sœur depuis des mois, il voulait à tout prix qu’elle parte là-bas, vu que c’est ce qu’elle voulait vraiment. Quelques jours après, remplis d’incessantes demandes, ils finirent par céder et l’envoyèrent là-bas à ses 16 ans. Arrivé là-bas, Sayoko s’intéressa directement aux réseau du pensionnat, plutôt difficile d’accès. Le recueil d’informations était important, et le directeur actuel pouvait refaire les mêmes erreurs que celui qui l’a précédé. C’est pour cela qu’elle a fini par rejoindre les East. Soldat et espionne à la solde de l’Etat. En même temps, qui peut se douter que derrière ce regard mélancolique se cache une hackeuse surveillant les actions du directeur actuel ? Même si elle ne compte pas réellement le cacher.

Ha, mais elle a pas réussi à le cacher longtemps. Juste une fuite d'informations. Une petite fuite de rien de tout qui laissa échapper d'importantes informations. Alors les chiens-chiens du directeur la retrouvèrent. Elle n'avait nulle part où fuir. Non. Il la prirent en otage, la firent parler pour savoir pour qui elle travaillait mais elle resta silencieuse. A tout jamais. Pauvre petite, elle qui voulait seulement trouver un sens à la mort de son amie, elle avait heurté sa mort à elle.



Dernière édition par Sayoko E. Akiakane le Mer 18 Juin - 21:47, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Sayoko • I can surely say that I've 'had enough' // MORT Dim 3 Nov - 16:52

BIENVIENDU MA FUJOSHI PRÉFÉRÉE. 8D
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Sayoko • I can surely say that I've 'had enough' // MORT Dim 3 Nov - 17:14

Bienvenue! >W<

Une future East. Trop cool! *^*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Sayoko • I can surely say that I've 'had enough' // MORT Dim 3 Nov - 17:25


@Neo' : OOOOOOH, MA COUPINE FUJOSHI PLUSSOYEUSE DU EIMIDREW. MERCIII. 8D
@ Miyu' : Merchiiiiii ! Oui, c'est kewl d'être à la solde de l'Etat, ça fait très agent infiltré. (=w=)b *fuit*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Méhy Sahal


Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 122
Date d'inscription : 14/10/2013
Age : 21

Feuille de personnage
Participe à la Battle :: Oui
Guide ::

MessageSujet: Re: Sayoko • I can surely say that I've 'had enough' // MORT Dim 3 Nov - 17:52

Bienvenue o/

_________________
Méhy vous insulte en darkgoldenrod.

Magnifique avatar par Miyuki ! *hug*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Sayoko • I can surely say that I've 'had enough' // MORT Dim 3 Nov - 18:25


RONFLEEEEEEX. ♥
Bienvenue. ~
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Sayoko • I can surely say that I've 'had enough' // MORT Dim 3 Nov - 19:50

Bienvenue et bonne chance pour la suite ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Sayoko • I can surely say that I've 'had enough' // MORT Dim 3 Nov - 20:06

@Jin : RONDOUDOUUUUUUUU. ♥
Merciiiiiii. >w<
@Paulina : Merchi beaucoup ! o(>w<)o
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Sayoko • I can surely say that I've 'had enough' // MORT Dim 3 Nov - 21:13


Uwaaaaaaaah, je m'excuse d'avance du DP, pardon. ; x ; - je le supprimerais et éditerais le message précédent si nécessaire -
Juste pour prévenir que j'ai terminé ma présentation ! En espérant que ça convienne. @w@
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Sayoko • I can surely say that I've 'had enough' // MORT Dim 3 Nov - 21:32


T'ES ENFIN VALIDÉ ! CHANCEUX !




Rien à dire de particulier, personnage adorable et histoire classique mais qui pète quand même, ça se lit tout seule >w<

Bravo, tu es validée, bienvenue chez les East.

Tu peux dès à présent recenser ton avatar ici, demander à ce qu’on t’attribue un guide ici, à faire une demande de RP ici et même créer tes sujets personnels : dossier et portables.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sayoko • I can surely say that I've 'had enough' // MORT

Revenir en haut Aller en bas

Sayoko • I can surely say that I've 'had enough' // MORT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infinite Code :: Zone 00 :: Inscription :: Refusées // Mort ✖-