AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 jin ★ the weather is so nice today, i'm gonna close the curtains // MORT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

Invité

MessageSujet: jin ★ the weather is so nice today, i'm gonna close the curtains // MORT Mar 29 Oct - 18:53

Jin Kaname Levi



Nom :: Levi (vous faites une blague sur les jeans Levis en sa présence et il mord)
Prénoms :: Jin, Kaname
Age :: 16 ans PARCE QUE C'EST 2 PUISSANCE 4, FAUT QUE CA SOIT UNE PUISSANCE DE 2 OU JE SERAIS MAUDIIIIIITE. *trauma*
Orientation :: Pouet. (réponse très pertinente, nous en conviendrons tous)
Nationalité :: Anglo-japonais (comment ça "ENCORE ?!")
Clan :: West parce que les West, c'est badass. Et aussi parce que West -> Veste et ça va avec le jean. (=w=)b
Singularité :: Euh. Son obsession pour les écharpes. Monsieur en possède actuellement 27. Toutes différentes.
Participe à la Battle? :: Oui. NON PAS AVEC SES BASKETS, ABSVSGHZFDGSHSDFSH. Bon. On se calme sur le délire vestimentaire. Enfin, JE me calme, sinon vous allez pas lire le reste. *sob*
Pseudo :: Oxymore depuis peu, mais sinon y a aussi Aki ou Clavioli. /o/
Prénom :: /CENSORED/
Age :: 17 ans ET JE SUIS PLUS UNE PRINCESSE DISNEY, JE PLEURE.
Comment as-tu connu le forum ? :: *stares*
Un commentaire ? :: Euh. Alors en fait. Faut pas vous étonner si c'est quasi un c/c de Ryu. Parce qu'à la base, je voulais prendre Ryu. Mais après une longue histoire de contretemps, blablabla, j'ai rieeeen comme images sous la main. Donc vous aurez Jin. Wala. Sinon, eeeuh, j'ai aussi la genèse de Jin si vous voulez mais, euh, vous allez me juger après. 12345
Code :: OWATA \o/

L'amour s'achète pas. Pour ça qu'il y a les pot-de-vins.



Physique et caractère
Quand vous lui demandez qui il est, on n'obtient jamais une autre réponse qu'un regard émeraude inquisiteur, vous dévisageant comme si vous aviez dit quelque chose d'aussi absurde que 2 + 2 = 165424. Donner des qualificatifs, juger, catégoriser, aimer ou pas une personne sont des choses tout à fait concevables pour lui. Cependant, en définir une lui semble impossible. Décrire quelque chose qui dépend d'autant d'inconnues ? Autant ce petit génie pourrait le faire s'il s'agissait d'un problème mathématique, autant vous regardera-t-il d'un air légèrement moqueur si vous abordez la question d'un point de vue personnel. Et puis de toute façon, même les maths ne sont pas absolues. La plupart des règles de bases sont admises, ha. Même pas la peine de chercher alors.

Alors Jin, comment il est ? Sa silhouette est fine, souple et légère, tout comme sa démarche. Une démarche silencieuse, aérienne, presque imperceptible et pourtant, une démarche méfiante, aux aguets, faussement décontractée. Parce qu'il est comme ça, Jin. Il est quelque chose et ne l'est pas. Il est deux mais il est un. Il est lui et il est son reflet. Jin, c'est un paradoxe, un paradoxe qui s'assume et ne cherche pas à se changer. Il sait qu'il est étrange et il sait qu'il exaspère, pourtant, il reste égal à lui-même. Égal à lui-même, avec son éternel sourire surmonté par un regard vert feuille si mélancolique. Égal à lui-même, avec ses idées si opposées, des idées noires, des idées blanches, qui se mélangent, mélangent, mélangent, qui étourdissent quiconque lui parle parce que personne ne comprend comment il arrive à penser comme ça. A penser si noir en pensant si blanc.

A part ce trait singulier, qu'est-il d'autre ? Eh bien, Jin est intelligent mais comme toutes les personnes intelligentes, il ne fait pas vraiment d'efforts en cours. De même, il est créatif et a de l'imagination mais ce n'est pas en arts plastiques qu'il s'en sert. Jin, il se sert de ces deux talents pour une seule chose : embrouiller les gens. Rien ne l'amuse plus que d'aller entortiller les gens dans son filet de questions alambiquées et de les y enfoncer en adoptant tous les points de vue possibles là-dessus. Cet adolescent a en effet cette caractéristique horripilante qui est celle de chercher à calculer et deviner la réponse de son interlocuteur avant même qu'il n'ait ouvert la bouche et a donc souvent un coup d'avance. Alors ça énerve les gens. Comment peut-il réussir cette gymnastique mentale tout en parvenant à trouver des arguments qui y répondent ? Comment peut-il avoir une vision aussi globale des situations ? A ces questions, il ne répond que par un sourire.

On dit souvent de lui que c'est une personne horrible et ce n'est pas lui qui le niera, il se contentera de rire à chaque reproche parce que ça ne l'affecte pas plus que ça. Jin ne se soucie pas vraiment de l'opinion que les gens ont de lui, tout simplement parce que ce sont de parfaits inconnus pour lui, juste des gens qu'il aime tourmenter de temps en temps pour s'amuser. Par contre, quand c'est quelqu'un qu'il apprécie qui lui dit, il grimace quelques secondes avant de le frapper avec son écharpe en grommelant que s'il est pas content, c'est pareil d'abord. Ça lui donne des faux airs je-m'en-foutistes alors qu'en réalité, il est plutôt observateur. Mais il ne s'en soucie pas, ça l'arrange. Les gens ne se méfient pas beaucoup de lui par nature parce qu'il n'a pas l'air menaçant alors pourquoi pas. C'est beaucoup plus drôle de voir leur désillusion après coup, non ?

Et puis, Jin est aussi un horrible menteur. Et le pire, c'est qu'il ment bien en plus. Il ment comme il respire, par ci par là et s'en amuse. Précipiter les gens à leur perte avec quelques mots ou juste troller entre deux cours, c'est un peu la même chose pour lui. Oui. La même chose. Il n'accorde pour ainsi dire que très peu de valeur à la vie des autres et c'est de ça que découle sa mentalité en noir et blanc. Ce sont pourtant les enfants qui pensent comme ça, pas les adolescents, ni les adultes ... Penchons-nous donc sur son passé pour voir ce qui l'a amené à un tel état de pensée.




Histoire


Le ciel était si bleu, si pur, ce jour-là. Il faisait chaud. Une belle journée d'été. Derrière un petit muret de briques rouges dont la maigre ombre les protégeait tant bien que mal des rayons brûlants, un petit groupe d'enfants était accroupi sur la terre battue.

"On va faire une base secrète !" s'écria l'un d'eux, brandissant son poing vers le ciel avant de s'élancer vers la sortie du village, bientôt suivi par ses camarades, riant et chahutant joyeusement.

Parmi eux se trouvait un enfant plus pâle que les autres, à la peau si blanche qu'elle en paraissait presque translucide et cela était encore plus accentué par le noir d'encre de ses cheveux. Il rit lorsqu'un de ses camarades passa un bras autour de son cou pour lui frotter les cheveux, avant de repartir.

Jin avait alors 6 ans, 6 ans lorsque cela arriva pour la première fois. Ce jour-là, ils avaient décidé de construire une base secrète, une cabane dans les bois près du village. Pour pimenter cette entreprise, celle-ci fut édifiée près de la maison de la vieille femme qu'ils appelaient "la sorcière". Oh, elle n'était pas bien méchante, elle avait juste la tête d'une sorcière et cela leur suffisait, en tant qu'enfants, pour la considérer comme telle. Ce n'était pas méchant à la base ... Ils voulaient juste la surprendre en train de préparer une quelconque potion, trouver un indice, quelque chose qui prouverait au reste du village que la grand-mère était bien une dangereuse magicienne. Mais ...

"Qui est là ?"

Lorsque la vieille femme ouvrit la porte en les entendant, pour s'enquérir de la raison de leur venue, les enfants prirent peur. Elle était si laide, si effrayante ... !! Ils s'enfuirent. Dans la mauvaise direction. Au lieu de revenir à la lisière du bois, ils s'y enfoncèrent, dans leur panique, courant à perdre haleine à travers les arbres, persuadés qu'elle leur lancerait quelque maléfice ou invoquerait des démons pour les dévorer. Ce n'était qu'une petite farce innocente à la base. Ce devint un cauchemar. Aucun d'entre eux ne fut capable de retrouver leur chemin et les enfants apeurés se serraient les uns contre les autres, persuadés que tout était fini. Pourtant, à la tombée de la nuit, les adultes, alertés par la sorcière, finirent par les retrouver.

Les enfants, les petits héros, alignés devant leurs parents, la tête basse. Les cris, les sermons, les disputes, assourdissantes. Puis finalement, les uns après les autres, Jin fut témoin de la punition infligée à tous ses amis. Une gifle, un sermon, puis une étreinte réconciliatrice. Mais pourquoi ... Pourquoi était-il le seul à ne rien recevoir ? Pourquoi était-il le seul que l'on regardait uniquement avec inquiétude et pas avec une seule once de colère ?

"Eh ! Mais pourquoi Jin est le seul à pas s'être fait frappé ?!!!" s'écria l'un des garçons, scandalisé par cet apparent favoritisme.

Sa mère lui murmura quelques mots après l'avoir giflé une seconde fois, sous les yeux horrifiés de son camarade. Il se rendit alors compte qu'il était le seul à être debout, au milieu de tous ses amis qui avaient dû s'incliner pour demander pardon et ce sentiment de malaise qui l'envahissait, ce sentiment de ne pas être à sa place, le terrifiait. Rien que sa présence, à lui, à l'intrus, lui faisait mal et sa petite main se crispa sur sa poitrine, chiffonnant l'étoffe de son t-shirt entre ses doigts. Un seul mot. Pourquoi ?

"Je suis désolé ..." murmura-t-il.

Il n'y avait pas de raison à ce qu'il ne soit pas pardonné s'il s'excusait sincèrement, n'est-ce pas ? Aucune raison. Personne n'allait lui en vouloir, n'est-ce pas ... ?

* * * * *


C'était stupide de sa part d'être allé jouer dans une chaleur pareille. L'assaut du soleil avait achevé d'affaiblir son corps déjà peu robuste et lorsqu'il fut enfin autorisé à quitter l'hôpital, les jours s'étaient déjà considérablement rafraîchis. Mais il savait quand même où trouver les autres et escalada le petit muret avant de courir sur toute sa longueur pour les rejoindre. Il adorait faire ça. Grimper sur les murets, passer de l'un à l'autre sans toucher terre, se hisser sur un toit, en redescendre tout en légèreté. Mais il ne fallait pas que ses parents le sachent, ils étaient déjà assez réticents à le laisser aller courir dehors comme ça.

Lorsqu'il se laissa tomber du muret en lançant joyeusement ses salutations, l'expression de ses amis passa d'abord de la surprise à la joie puis au malaise. Jin ne comprit pas. Et puis, finalement, l'un d'entre eux s'avança et prononça sa sentence, sa condamnation.

"On ... ne peut pas jouer avec toi."
"Oui, tu es malade alors c'est pas bien."
"C'est maman qui l'a dit."
"Et puis c'est nul."
"Oui, c'est pourri, quoique tu fasses, tu es toujours pardonné."
"Nous, on se fait toujours gronder alors que toi, tu n'as rien."
"C'est pas juste."
"C'est nul."

Jin ne comprenait pas. Mais les mots "injuste", "nul", "on ne peut pas" résonnaient  ses oreilles, comme autant de cloches assourdissantes. Alors il finit par sourire doucement.

"C'est vrai ... Je ne peux pas."

Il ne voulait pas qu'ils le détestent plus que ça. Non. Il ne voulait pas. Alors il s'en alla. Mais il voulait vérifier quelque chose.

Il rentra en trombe chez lui et chercha sa mère, qui parut étonnée de le voir rentrer si tôt.

"Quelque chose ne va pas ?"

Jin leva ses beaux yeux verts vers le visage de sa mère, sa mère qu'il aimait tant; Tendit une main vers une des assiettes posées sur la table, prêtes pour le déjeuner. La saisit. La brandit au dessus de sa tête. Et la fracassa au sol. Les yeux de sa mère s'agrandirent de surprise et s'ouvrirent plus grand encore en entendant la voix de son fils.

"... Pourquoi tu me grondes pas ?"

Sa mère ne répondit pas, encore ébahie.

"Pourquoi les autres sont toujours grondés et pas moi ?"

Il tendit la main vers une autre assiette.

"Je suis en train de faire quelque chose de mal pourtant ..."

Les larmes lui montaient aux yeux malgré le ton bravache qu'il s'efforçait de prendre et les mêmes larmes commençaient à dévaler les joues de la femme qui lui faisait face. Puis les bras de sa mère l'enveloppèrent doucement et il ne put rien faire, plus rien faire à part l'écouter sangloter contre lui en s'excusant doucement.

* * * * *


Après ça, qu'y avait-il à faire, si ce n'était qu'obéir et rester chez lui ? C'était moins dangereux après tout. Et personne n'allait lui en vouloir pour ça. Il étudiait chez lui, tout seul, silencieusement. Regardait défiler les saisons par la fenêtre, regardait passer les gens, regardait passer ceux qui avaient été ses amis, qu'il considérait toujours comme ses amis, qui l'oubliaient. Il fermait les yeux et imaginait être en train de courir avec eux aussi. Ça aussi, c'était injuste mais il n'y pouvait rien. Il n'était pas un dieu.

Les hospitalisations se répétaient, un peu plus longues à chaque fois. Un peu plus dures aussi, quand il voyait les autres enfants s'amuser sur le parking en bas, pendant qu'il était calé au fond de son lit, relié à sa perfusion.

Avec le temps, il a commencé à se détacher peu à peu du reste. Après tout, une fois que l'on prenait conscience d'à quel point le monde était irréel et éphémère, on ne l'aimait plus, on s'en détachait, on se préparait à la mort, on abandonnait la vie. Il ne ressentait plus qu'un grand vide.

* * * * *


Pourtant, on a fini par parvenir à le sauver, à réparer son petit coeur défectueux, qui bat désormais comme les autres. Mais il n'était déjà plus comme les autres. Le vide avait fait place à une autre émotion indéfinissable. Il avait 14 ans quand il ressortit enfin de l'hôpital, guéri. 15 lorsqu'il acheva de méditer ce qu'il allait faire. Et c'est toujours l'année de ses 15 ans où, sous couvert de faire du parkour avec d'autres adolescents, qu'il le fit. Il était loin d'avoir oublié ce qui avait tout déclenché. Il était loin d'avoir oublié à quel point les humains pouvaient être cruels. Et ce jour-là, il se mit en devoir de leur rappeler qu'il en était un aussi. C'était simple, si simple. Personne n'allait les voir. Personne ne regardait en l'air. Jusqu'à ce que des cris perçants retentissent et que des corps s'écrasent à terre dans des gerbes de fleurs écarlates. C'était si simple. Il lui avait juste suffi de se rendre à l'avance sur le trajet prévu et d'abîmer un des tuyaux qu'ils comptaient utiliser comme passerelle. Il savait d'avance qu'il serait le premier à passer et qu'il passerait vite. Il avait déjà affronté la mort en face alors une fois de plus ou de moins, ça ne le changeait pas. Les autres, derrière, agrippaient ensemble en riant, se pressaient, s'encourageaient. Tombèrent. Et il les regarda, il imprima l'expression de terreur absolue qui envahit leurs visages alors qu'ils chutaient à leur tour, sans personne pour les aider. Pendant qu'ils goûtaient à la place où il avait été pendant des années. A la seule exception près qu'il avait pu s'en sortir et qu'il était revenu pour leur faire payer.

* * * * *


Il n'y avait aucune preuve. Simplement, le détachement de Jin vis-à-vis de l’événement était beaucoup trop inquiétant, même attribué à l'état de choc. Son témoignage était bien trop laconique et puis, le fait qu'il soit le seul survivant et n'ait pas réagi en voyant ses camarades tomber était vraiment trop étrange aux yeux de l'autorité. Mais encore une fois, il n'y avait aucune preuve. Juste un sentiment de malaise habitant tout son entourage. Malaise en voyant le sourire limpide du jeune homme, inaffecté par tout ce qui se passait. Malaise en sentant la froideur qu'il manifestait, l'insouciance même.

* * * * *


La réponse trouvée fut Infinite Code, ce pénitentiaire déguisé en pensionnat, au large du Japon. Et Jin, Jin, Jin y est juste beaucoup trop à l'aise. Jin, il ne joue pas dans les règles. Il se glisse juste dans la foule, glisse une parole malheureuse par-ci par-là, répand sa logique tordue à petites doses et regarde juste ce qui en découle en souriant, un doux hymne à l'humanité qui l'a rejeté.


Ironie du sort.
Le destin a toujours été cruel.
Ce furent ses dernières pensées, alors que son pied dérapait de la gouttière sur laquelle il avait pris appui. Il pensait pourtant pouvoir traverser sans danger, le tuyau avait l'air solide ... Il ne l'était pas. Il craqua. Son pied s'enfonça dans le vide. Il ne cria pas. Il se résigna. Il sourit. Ferma les yeux.
Gerbe de sang.

Le cycle est terminé.



Dernière édition par Jin K. Levi le Mer 18 Juin - 20:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité

MessageSujet: Re: jin ★ the weather is so nice today, i'm gonna close the curtains // MORT Mar 29 Oct - 18:55

BIENVIENDU FRANGIN ! 8D
Oh, j'suis sur la genèse de Jin. 8D /PAN/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité

MessageSujet: Re: jin ★ the weather is so nice today, i'm gonna close the curtains // MORT Mar 29 Oct - 21:12

Bienvenue fufufuh. ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hakai N. Ongakû


Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 105
Date d'inscription : 28/10/2013
Age : 21
Localisation : DTC

Feuille de personnage
Participe à la Battle :: Oui
Guide :: Jin K. Levi

MessageSujet: Re: jin ★ the weather is so nice today, i'm gonna close the curtains // MORT Mer 30 Oct - 13:01

Bienvenuuuuue 8D

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité

MessageSujet: Re: jin ★ the weather is so nice today, i'm gonna close the curtains // MORT Mer 30 Oct - 18:40

Permet-moi de fangirliser sur ton visuel.
IIIIIIIIIIIIIH NASEEEEEEEEEEE ! *o*
Ce mec est tellement dnzofnzaiufbhoithr. Puis sa façon de se battre est tellement awesome. *q* -pas autant que Mirai, mais bon, voilà kwa. *sort*-

Bref. Bienvenue. \o/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité

MessageSujet: Re: jin ★ the weather is so nice today, i'm gonna close the curtains // MORT Mer 30 Oct - 22:36


Merci, merci. 8D
OUI, FANGIRLISE SUR HIROMI, PLEASE. CE MEC EST EXCELLENT. (et il a une écharpe quoi, please) (oui, j'aime les écharpes) (J'AIME les écharpes) (j'en ai une dizaine aussi) (#3615mylife)

Sinon, j'ai fini, ça pue, bye. *cries*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité

MessageSujet: Re: jin ★ the weather is so nice today, i'm gonna close the curtains // MORT Jeu 31 Oct - 0:21


T'ES ENFIN VALIDÉ ! CHANCEUX !


Je fais des bébés à ta fiche déjà, voilà, voilà.

L'histoire est tellement touchante, j'en aurai presque versé une larme.
Franchement j'ai rien à dire, à part que j'ai gobé tes textes, j'adore ta manière d'écrire. Comme l'était Ryuku, Jin est un personnage fort intéressant

Tu es validé, bienvenue chez les Wests.

Tu peux dès à présent recenser ton avatar ici, demander à ce qu’on t’attribue un guide ici, à faire une demande de RP ici et même créer tes sujets personnels : dossier et portables.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: jin ★ the weather is so nice today, i'm gonna close the curtains // MORT

Revenir en haut Aller en bas

jin ★ the weather is so nice today, i'm gonna close the curtains // MORT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infinite Code :: Zone 00 :: Inscription :: Refusées // Mort ✖-