AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 « Put a banana in your hear. » ▬ Charlotte.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

Invité

MessageSujet: « Put a banana in your hear. » ▬ Charlotte. Ven 25 Oct - 15:06


Charlotte A. Lamberston



Nom ▬ Lamberston.
Prénom ▬ Charlotte, Ashley.
Surnom ▬ Charly (c) Miyuki. /o/
Age ▬ 15 ans.
Poids ▬ 42 kg.
Taille ▬ 1m52.
Orientation ▬ je sais pas.
Nationalité ▬ Irlandaise.
Origine ▬ anglaise, irlandaise & japonaise.
Clan ▬ West.
Singularité ▬ porte des lunettes rouges écarlates.
Pseudo ▬ 'Ria, Lewy, Mina, etc.
Prénom ▬ Alice.
Age ▬ 15 ans.
Comment as-tu connu le forum ? ▬ J'suis une vieille mwa.
Un commentaire ? ▬ The cake is a lie.
Code ▬ BITCH PLZ, AUTOVALIDATION. \O/

“I am tired of knowing nothing and being reminded of it all the time.”


Physique et caractère

« Bitch, don't even hate, i'm beautiful. »
Si l'on devait définir en très peu de mots Charlotte ; ce serait une abrutie sans cervelle, mais extrêmement mignonne. Mais ça, c'est que si on la connaît de loin.

Mais tout d'abord, revenons aux bases de la description même : à quoi ressemble-t-elle ?
Charlotte est petite, n'a aucune forme, ou vraiment très peu, plutôt fine, et à toujours les pieds en canard inversé. Et Charlotte, elle n'est pas le moins du monde complexée par tous ces aspects de faiblesse, puisque tout ce qui est petit est mignon, et parce que c'est bien d'avoir un corps trompe l’œil. N'empêche qu'on ne rigole pas avec le mignon, lorsqu'on est Charlotte Lamberston. La jeune fille s'est jurée de ne manger que des choses mignonnes, mais ça, n'essayez même pas de comprendre sa notion du mignon ; entre deux bouts de pain identique, l'un sera adorable, l'autre hideux.
Maintenant, utilisons la fonction « zoom », et allons dans les détails de ce petit machin. Charlotte possède une coupe de cheveux courte, au carré, qui arrive presque aux épaules, adoptant une coiffure coiffée décoiffée et d'une couleur noisette très claire, à croire que ses cheveux ont trop pris le soleil, ce qui est chose rare lorsqu'on vit en Irlande, ahah. Ensuite, Ashley possède une paire d'yeux d'une couleur à mis chemin entre le jaune et le marron. Une jolie couleur cachée par une jolie paire de lunettes rouges écarlates. Ce genre de grosse paire mis rectangulaire, mis circulaire, que beaucoup de monde apprécie en ce moment. Qui aurait cru que ces lunettes, qui faisait rire les moqueurs autre fois, deviendrait un accessoire de mode indispensable ?
Passons maintenant aux vêtements que la fille peut porter.
Charlotte n'a pas de style particulier. Bien sûr, il y a toujours sa notion de 'mignon', qui fait qu'elle aime beaucoup porter des vêtements adorables, et elle est particulièrement attirée par les uniformes scolaires. De plus, vous ne verrez jamais la jeune fille se promener sans un gilet assez large, de couleur peau, ou beige, à vous de choisir. Charlotte, adore ce genre de gilet. Elle en garde un nombre incalculable dans son dortoirs, tous pliés parfaitement, près à être utilisés. De ce fait, Lamberston n'est jamais en rupture de stock, et lorsque c'est le cas, ne vous étonnez pas qu'elle soie de mauvais poil.

Bien. Maintenant que cette partie est faite, intéressons nous au phénomène qu'est Charlotte.
Il faut avant tout savoir, que  derrière l'aspect couillon, adorable, et écervelée de Charlotte, se cache un monstre. Un monstre qui ressort facilement, à toutes les sauces, un monstre qui n'a aucun scrupule à assassiner les personne que Lamberston pourrait potentiellement beaucoup apprécier.
Parce que Charlotte, avant d'être une gamine hystérique, un peu trop direct et addict de la notion de mignon, c'est une assoiffée de sang, une fanatique de meurtres, de faits divers, une fille vulgaire, violente, brutale et qui sait magner les armes dites 'de combats rapprochés' presque à la perfection, mais les petites erreurs de manipulations restent ses atouts favoris.
Mais revenons à son côté simplette. Charlotte est donc une fille assez maladroite. Que dis-je ? Très très très très maladroite ! Elle ne tient même pas sur ses jambes... De plus, Charlotte est quelqu'un qui n'aime pas se mentir à soit-même, et qui n'aime pas mentir aux autres non plus. C'est pour ça que la jeune fille est extrêmement directe avec les gens, et n'essaie pas de jouer un quelconque jeu d'émotions. Lorsqu'elle adore quelqu'un, ça se voit, lorsqu'elle déteste une personne, ça se voit aussi. Charlotte est un peu hystérique sur les bords. Elle est assez hyperactive, idiote, très curieuse, parfois stalkeuse, Charlotte aime beaucoup se donner l'effet d'un chewin-gum collé au bras d'un random gens, si possible, quelqu'un qu'elle apprécie beaucoup, ou ne serait-ce qu'un peu, ça suffit. Je suppose que vous avez compris que la demoiselle n'est pas timide.

Finissons maintenant sur ce que peut penser la petite meurtrière de sa prison dorée.
Pour la jeune Lamberston, Infinite Code est l'équivalent du paradis sur Terre. Lorsqu'elle est arrivée là-bas, elle a eu cette impression d'avoir passé un examen pour entrer dans l'école la plus prestigieuse, une école où elle pourrait faire connaissance avec des personnes qui partagent sûrement la même passion qu'elle : la passion du crime. Le petit machin s'est donc très rapidement attaché à l’environnement d'IC, et a aussitôt vénéré le Directeur, fondateur de cette île reconstruite sur le cadavre d'un lycée autre fois prestigieux et meurtrier.



Histoire


Elena Ozara était tombée grièvement malade, si bien qu'elle avait du, un jour, partir aux urgences, si vite que sa fillette, encore bébé, avait cru qu'elle était morte. Très rapidement, le père avait décidé qu'elle ne survivrait pas. Il ne devait pas beaucoup l'aimer. Voire pas du tout. Ainsi, le père Ozara et leur enfant s'en étaient allés, sans un au revoir, sans même une dernière caresse. Rien. Absolument rien.
La mère, durant son séjour à l'hôpital, persista à luter contre la maladie qui la rongeait, dans l'espoir, qu'un jour, elle reçoive une lettre de sa petite fille. Mais la fillette n'avait même pas atteint ses trois ans, lorsque tout avait changé. La femme avait du être effacée de l'esprit de la gamine depuis bien longtemps.
Peu à peu, l'infime lueur d'espoir finit par s'évanouir, et la mère s'abandonna à son sort. Un sort qui lui fut finalement favorable.
Par miracle, la jeune femme s'en sortit, mais aucune nouvelle ne lui était parvenue. Sa fille avait du grandir. Son mari avait du trouver une nouvelle femme. Elle n'existait donc plus pour ces deux personnes. Alors la femme les oublia à son tour, et bientôt, elle se retrouva avec un charmant Irlandais, et c'est ainsi, que quelques années après, Charlotte naquit.

Le pot s'éclata sur le carrelage de la salle à manger, Charlotte leva les mains, pétrifiée, comme si elle n'avait rien fait, et que l'objet s'était retiré de ses mains par magie. Bientôt, la voix de sa mère retentit. Elle la grondait, mais gentiment. Depuis tout ce temps, Elena s'était habituée à entendre des bouts de verres voler dans la maison. Charlotte était si maladroite. D'ailleurs, cette fillette ressortait souvent la même excuse : « je n'avais pas mes lunettes ! », et elle détalait aussi vite que la vitesse à la laquelle le vase avait percuté le sol. Mais cette fois-ci, la femme rappela sa fille, en lui indiquant sa sacoche de cours qu'elle avait laissé à l'entrée, et ajoutant, lorsque la demoiselle vint la chercher, qu'elle ne pourrait pas mentir en disant qu'elle faisait ses devoirs, si elle laissait son agenda en bas.
Le machin lui jeta un sourire jaune avant de remonter sur la pointe des pieds, et de se jeter sur son ordinateur portable, appuyant aussitôt sur « play », pour continuer son épisode de Shingeki no Kyojin. Un anime avec autant de morts ne pouvait pas avoir échappé à l’œil de la petite fanatique. Charlotte ouvrit aussi son agenda, feuilletant distraitement les pages de la semaine suivante, et elle opta finalement pour laisser tomber les devoirs, et se concentrer sur l'intrigue de l'épisode. Et le week-end passa, sans que Charlotte puisse décoller ses yeux des épisodes qu'elle avait manqué, et elle se retrouva à faire rapidement ses devoirs le soir, avant d'aller à la douche, et même après la douche, elle continua de s'y atteler. C'était toujours le même scénario. Charlotte ne pouvait pas se détacher de sa passion pour les faits divers, les séries sanglantes, comme Hannibal ou Dexter. Elle descendit dîner rapidement, avalant en quelques bouchées ses haricots et son steak, et remonta dans sa chambre pour boucler rapidement ses devoirs.
Finalement, elle s'étala dans son lit, fatiguée par cette petite course contre la montre, et rapidement, s'endormit.

La semaine qui suivit fut légèrement différente du quotidien des précédente, et très certainement des suivantes. Une nouvelle fille arrivait dans la classe. Enfin, si cette fille pouvait seulement être considérée comme nouvelle. En réalité, c'était l'élève qui ne s'était jamais pointée à la rentrée, et la gamine ne donna aucune explication. Elle avait donc presque un trimestre entier à rattraper, et le professeur principal de la classe donna la tâche à Charlotte, qui fut donc contrainte de s'occuper de faire rattraper tous les cours. Les premières fois, ça ne plut pas vraiment au petit machin, mais très vite, les deux filles se lièrent d'amitié. Charlotte, apprit donc que son amie avait manqué les deux premiers mois de cours, ses parents ayant eu un long voyage d'affaire en Amérique. La jeune fille s'appelait Hana, et Hana aimait un grand nombre de séries américaines, qu'elle avait pu voir en avant-première, avant tous les Irlandais. Hana réussit même à faire jalouser Charlotte.
Mais au final, les deux fillettes devinrent très rapidement inséparables, même si Lamberston continuait de rester avec ses autres amies.
Le groupe d'amies accepta Hana, et elles vécurent heureuses, n'eurent pas d'enfant, puisqu'elle n'étaient qu'en quatrième.

La fin de l'année arriva très vite, peuplée de disputes, de réconciliations, d'histoires de cœur, enfin, tous ces petits trucs qui arrivent lorsqu'on est qu'au collège, et que notre cervelle est programmée pour ne penser qu'à des choses superficielles. Le professeur principale, ainsi que quelques autres accompagnateurs avait décidé de faire une expédition de fin d'année ; une randonnée au cœur de la plus haute montagne d'Irlande, Carrauntuohill. Hana se vanta qu'elle avait fait beaucoup de randonnées en Amérique, et que plus rien ne pouvait lui résister, ni les vallées, ni les montagnes escarpées, absolument rien.
Ils partirent donc la semaine qui suivit, accompagnés par d'autres parents, et l’ascension débuta. Il fallait en moyenne une journée entière pour un randonneur expérimenter ; il fallait compter au moins une demi journée de plus pour tout un groupe d'élèves. La première journée se déroula sans problème, les élèves se divisèrent un plusieurs petits groupes qui plantèrent leurs tentes pour la nuit, et le lendemain, la randonnée recommença. Plus ils avançaient sur le chemin, moins il y avait d'indications, plus les parents s'inquiétaient, et moins les élèves étaient en sécurité, la pente devenant escarpée, et le sentier se rapetissant à vu d’œil. Les adultes répétaient aux élèves régulièrement de faire attention et de ne pas faire de mouvements trop brusques.
Charlotte, elle, était tout excitée à l'idée d'avoir sa vie en danger. Un seul mauvais pas, et ça pouvait être la dégringolade. Les quelques cordes qui formaient une barrière en le vide et les élèves ne suffiraient pas à retenir une chute. Pour s'amuser, Lamberston posa ses mains sur les omoplates d'Hana, et exerça une petite pression. Puis elle trébucha, et sa 'petite' pression fini en deux coups dans le dos de sa camarade, qui, pas vraiment préparée à ça, ne pu se rattraper. Rien n'y arriva d'ailleurs. Ni les professeurs, ni les parents affolés, ni même les barrières. Hana tomba, et Charlotte pu voir dans le regard de son amie un mélange de haine, d'incompréhension et de trahison. Que pouvait-t-elle penser, à ce moment pareil, durant ses dernières secondes à vivre ? Le machin ne rit pas, elle ne hurla pas, n'essaya pas un seul instant d'aider sa camarade. Elle la laissa tomber, fascinée par l'expression qu'Hana pouvait avoir.
Je vous laisse pleinement imaginer la suite de la chute de la jeune fille, et je vous laisse trouver le nombre de morceaux de corps qu'il a fallu chercher au pied de la falaise.

Le procès de Charlotte arriva un mois après l'incident ; les parents de la défunte, ainsi que d'autres proches l'accusèrent de milles et unes fautes, tandis que d'autres répétaient incessamment que ce n'était qu'un accident, qu'il fallait pardonner, et lorsqu'on donna la parole à Lamberston, elle répondit seulement que voir le visage d'une victime juste avant sa mort était la plus belle expression que l'homme puisse avoir sur son visage.
Le jury vota ; Charlotte avait commit un meurtre.

La jeune fille fut emmenée dans différents moyens de transports, pour arriver jusqu'à un archipel qui se confondait aux autres aux alentours du Japon. Inutile de vous raconter la suite de l'histoire. Il ne vous reste plus qu'à savoir que Charlotte Lamberston fut incarcérée à Infinite Code, et qu'elle y vivra très certainement heureuse.

Revenir en haut Aller en bas

« Put a banana in your hear. » ▬ Charlotte.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infinite Code :: Zone 00 :: Inscription :: Refusées // Mort ✖-